Enter your keyword

Le syndrome du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué

Aujourd’hui, nous voulions faire de prévention par rapport au syndrome du bébé secoué.

Chaque année, plus d’une centaine de bébés sont secoués. Certaines études estiment même qu’en moyenne, un bébé est secoué chaque jour.   Nous voulions expliquer ce que c’est, quels sont les symptômes du bébé, pourquoi il ne faut pas secouer les bébés et surtout comment faire quand on est tout simplement à bout pour ne pas commettre quelque chose d’irréparable.

 Les symptômes sont multiples :

  • Une somnolence inhabituelle
  • une rigidité du corps ou à l’inverse une perte de tonus
  • des mouvements anormaux
  • des convulsions
  • une difficultés à respirer (avec éventuellement des pauses respiratoires)

La tête d’un bébé n’est pas aussi solide, aussi soutenue que celle d’un adulte, et si on secoue un bébé, cela peut provoquer une rupture de vaisseaux du cerveaux et donc une hémorragie cérébrale dont les conséquences sont très lourdes et graves, et dans certains cas mortelles (10% des cas).

 

 Pourquoi cela arrive qu’un parent ou une autre personne secoue un bébé?

On peut être complètement à bout car le bébé dont on s’occupe pleure sans s’arrêter, que l’on ne dort plus depuis des semaines / des mois, que l’on n’a aucun soutien, aucun relai, qu’on se sent isolé, perdu. Il peut se rajouter à cela une culpabilité lié au fait qu’on ne doit jamais laisser son bébé pleurer et qui est relayé dans les médias et sur les réseaux sociaux. On a un bébé dans les bras qui hurle et on ne sait pas quoi faire.

Dans ces moments là, des moments de détresse parentaux comme certains ont pu connaître, il arrive que certains parents commettent l’irréparable en secouant leurs bébés.

  Comment éviter cela

  • Demander de l’aide. Il est essentiel si vous vous sentez en détresse émotionnelle et dans l’incapacité à gérer les pleurs de votre enfant, de confier votre enfant à quelqu’un de confiance (un proche, un ami, un parent, une voisine). Cette personne de confiance va prendre le relais, emmener bébé se promener dehors pendant que vous vous reposez, vous dormez, vous rechargez les batteries.
  • Poser bébé dans un endroit sécurisé. Si vous êtes seul, isolé, et que vous n’avez personne pour prendre le relais, que vous vous sentez à bout, ne culpabilisez pas de laisser bébé dans un endroit sécurisé pendant quelques minutes. Il vaut mieux vraiment laisser son bébé 5-10 min pour reprendre des forces et pour vous permettre d’évacuer ce stress que de commettre l’irréparable sous le coup d’une fatigue et d’un stress extrême en secouant son bébé. De plus, les bébés sont très perméables et si vous êtes à bout, ils le ressentent et l’expriment à leur façon. Il est possible qu’il se calme dans son lit par lui-même.
  • Avoir quelqu’un à son écoute : un proche ou un professionnel (l’association @stop_bebe_secoue, appeler un numéro vert, une sage-femme, une conseillère en lactation, un kiné, un psychologue, une consultante en sommeil,…). Ne restez jamais seule face à une grande détresse. Nous pouvons vous écouter si jamais vous ressentez cette détresse.

Si cette cause vous touche et que vous souhaitez être actifs, vous pouvez adhérer à l’association @stop_bebe_secoue.

Prenez soin de vous et de votre famille.

Faîtes de beaux rêves !

Retrouvez tous nos conseils gratuits sur notre site

Pour être accompagnés dans le sommeil de votre enfant, vous pouvez réserver un créneau.

 

#conseilsommeil #coach #coachsommeil #coachbebe 

Pas de commentaire

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.